Sélectionner une page

Sixième et dernier épisode de notre série sur la dernière édition Flupa UX Days 19, avec notre équipe de designers et PO qui a pu suivre l’ensemble des conférences : Nadège BIDE, Guillaume MARGUET, Jolanta USCILAITYTE, Leila MAILLOT, Franck BUSCAJA, Louise GAZEAU

Les méthodes décrites dans cette série, nous les mettons en œuvre au quotidien chez VNEXT et sommes ravis de partager avec vous notre synthèse.

 

“Design & Climat – Le design durable, on s’y met aujourd’hui”

par Aurélie Baton, IBM

Par le biais de cette conférence, Aurélie aborde un sujet très à la mode en ce moment : l’éco-conception numérique (ou Ecodesign).

A l’heure où les géants du web se rachètent une conscience en prônant le « Tech for Good », il en va de la responsabilité du designer de penser autrement et se poser les bonnes questions dès le départ.

Elle nous rappelle, en effet, que le grand public a tendance à associer internet et virtuel.

Or l’impact des data centers et de toutes les requêtes qui transitent lors de l’utilisation de nos applications ou sites préférés est énorme : sur une année, leur activité produirait des émissions de gaz à effet de serre équivalentes à celles de véhicules légers ! 

Pour aller au-delà de l’évidence (changer de mobile/ordinateur/tablette moins souvent), Aurélie nous propose un certain nombre de solutions pour concevoir des produits plus respectueux de l’environnement : 

#1 Evaluer l’impact de votre site ou produit. De nombreux outils d’audit existent comme http://www.ecoindex.fr/ 

#2 Mettre en place des actions pour corriger le tir. Vous pouvez trouver des bonnes pratiques de Design, mais aussi de Développement ou d’Hébergement sur http://www.ecometer.org/rules/

#3 Mettre en place des principes d’éco conception. La bonne nouvelle, si vous respectez ces principes, vous respectez les principes de base de l’utilisabilité : L’UX et la qualité de votre produit n’en seront donc que meilleures :  

  • SIMPLICITE (ex : moins de vidéos et d’animations décoratives…)
  • LESS IS MORE, Ludwig Mies van der Rohe si tu nous lis 😉
  • PERTINENCE (utiliser plutôt des images vectorielles que des bitmaps, arrêter le gâchis des fonctionnalités se demander si l’utilisateur en a vraiment besoin ? …)
  • ACCESSIBILITE (re-bonne nouvelle, une interface adaptée à des personnes avec une déficience physique ou psychologique sera aussi adaptée à tous !)
  • Penser aux HEBERGEURS VERTS 

Enfin, comme nous mettons un point d’honneur à guider les utilisateurs pour que l’utilisation d’une interface leur paraisse évidente (ex : on boarding), nous devrions également leurs donner suffisamment d’éléments pour qu’ils mesurent l’impact de leur utilisation.

Par exemple lors d’un téléchargement de vidéo en HD ou d’une lecture en streaming, dont l’impact sur l’UX peut être anecdotique mais les conséquences cumulées pour l’environnement catastrophiques (retenez que c’est mal).

Cette conférence nous rappel fortement le Nudge (=incitation à changer de comportement) comme le montre cette photographie :  

 

En un mot, le designer à un rôle d’éducation pour faire changer les comportements polluants et une vraie responsabilité pour orienter la conception de produits numériques écolos…

De plus se poser les bonnes questions dès le début… ce n’est pas plus cher !

 

 

“Design pour les esprits anxieux”

par Charlotte Breton

Vidéo de la présentation ici : https://www.youtube.com/watch?v=9RZiNreHf5c&list=PLIgLhmTe1f7LH0Q3MXCLTUbIaGsZjvExs&index=5

Charlotte Breton Shreiner est Product Designer au sein de Facebook.

Dans cette conférence, Charlotte a mis en avant le fait que lorsque nous parlons d’accessibilité, nous avons en tête le handicap physique. Elle présente une étude de Microsoft comprenant des infographies ainsi que des exemples d’handicap, découpés en trois catégories :

Permanent, temporaire, En fonction d’une situation  

Or, le handicap mental existe également, et plus particulièrement le trouble de l’anxiété.  Nous vivons dans un monde de plus en plus stressant et le nombre de personnes avec des troubles anxieux augmente de jour en jour.

Pour les personnes atteintes d’anxiété, cela peut être très difficile de faire des choix sans se sentir oppressé. C’est pourquoi en tant que UX Designer, nous nous devons de les prendre en compte lorsque nous réalisons des produits et ou des services.

Charlotte nous donne ainsi 3 astuces pour calmer l’expérience afin que les personnes atteintes de trouble de l’anxiété se sentent en sécurité et en confiance. 

1/ On supprime toutes interprétations : on explique clairement à l’utilisateur.

2/ Accepter les erreurs : l’utilisateur a le droit de se tromper et de modifier ses choix

3/ Nous devons être transparents : l’utilisateur doit avoir accès à toutes les informations requises afin d’être bien informé.

 

 

Lire ou relire l’épisode 5 : https://www.vnext-group.com/2019/08/05/ux-et-strategie-business-de-risquons-linnovation/

Lire ou relire l’épisode 4 : https://www.vnext-group.com/2019/07/30/ux-design-series-by-vnext-flupa-ux-days-19-ep4-design-de-service-et-dexperience-client/

Lire ou relire l’épisode 3 : https://www.vnext-group.com/2019/07/23/420/

Lire ou relire l’épisode 2 : https://www.vnext-group.com/2019/07/18/ux-design-series-by-vnext-flupa-ux-days-19-ep2-impact-de-lux-designer-dans-la-transformation-la-production-digitale/

Lire ou relire l’épisode 1https://www.vnext-group.com/2019/07/09/ux-design-series-by-vnext-ep1/