Sélectionner une page

Cinquième épisode de notre série sur la dernière édition Flupa UX Days 19, avec notre équipe de designers et PO qui a pu suivre l’ensemble des conférences : Nadège BIDE, Guillaume MARGUET, Jolanta USCILAITYTE, Leila MAILLOT, Franck BUSCAJA, Louise GAZEAU

Les méthodes décrites dans cette série, nous les mettons en œuvre au quotidien chez VNEXT et sommes ravis de partager avec vous notre synthèse.

 

 

“La recherche UX, c’est risqué !”

par Rowan Twine

Vidéo de la présentation ici : https://www.youtube.com/watch?v=9RZiNreHf5c&list=PLIgLhmTe1f7LH0Q3MXCLTUbIaGsZjvExs&index=5  

Rowan Twine est UX researcher chez Dashlane, une solution en ligne permettant d’enregistrer ses mots de passe.

Dans cette conférence, Rowan nous introduit l’importance de la recherche UX. Bien qu’au premier abord, cela puisse s’apparenter à une perte de temps, elle considère que le risque est bien moins grand que si nous créons un produit ou un service sans recherche UX. 

En effet, on peut clamer que la recherche UX nous fait perdre non seulement du temps, mais également de l’argent. Cela peut être le cas lorsque nous ne savons pas où aller, ni quoi prioriser. Cependant, lorsque tout cela est mis au clair, avec un backlog défini, se passer de la recherche UX peut faire manquer des opportunités, ce qui est pire.

Rowan l’affirme: « Combien vous coûtera l’inaction si vous vous passez de recherche UX ? ». Pouvons-nous prendre ce risque ?

De plus, si nous n’envisageons pas la recherche UX, il faut estimer le coût du temps perdu ou des mauvaises pistes potentiellement choisies afin de savoir où se trouve le risque.

Rowan suggère comme un des remèdes aux risques de réaliser des estimations avec les développeurs du produit ou de la solution. On retrouve l’importance de la communication et de l’agilité au sein d’une équipe designers / développeurs, pour mener à bien un projet.

Pour aller plus loin :

« Les 5 faux pretextes pour ne pas faire de User Research » par Marine Antunes Dias

https://medium.com/future-haigo/les-5-mauvaises-raisons-pour-ne-pas-faire-de-user-research-5337ab45f263

 

 

“Le design sprint, cheap, fast, good

par Pauline Thomas

Vidéo de la présentation ici : https://www.youtube.com/watch?v=F5r3hLHap2o&list=PLIgLhmTe1f7LH0Q3MXCLTUbIaGsZjvExs&index=4

Dans les projets de design et de développement, les risques sont légions et les erreurs coûtent cher. Souvent, le designer est tiraillé entre le client qui exige du pas cher et rapide ou du rapide et bien, pour l’un la qualité sera insuffisante pour l’autre la facture sera élevée. Maîtriser les erreurs en apprenant de celles-ci allège la facture et augmente la qualité.   

 

Alors comment créer les conditions idéales pour générer un résultat qualitatif en réduisant le temps / coût ?

En capitalisant sur les erreurs grâce au design sprint ! Le design sprint est un « dispositif artificiel de culture intensive » qui capitalise les échecs en se projetant rapidement dans une solution. Généralement en 5 jours, mais pouvant s’adapter au besoin des entreprises en une journée, le design sprint implique les bonnes personnes dans un temps raccourci et valide des solutions optimistes pour l’avenir du projet grâce aux utilisateurs.

Le sprint design promet de :  

  • Embarquer avec bienveillance les parties prenantes en appliquant la démarche centrée utilisateur au service même de l’entreprise (casser les réunions infinies, stopper les allers-retours sans fin, prioriser vraiment, motiver et impliquer les équipes en donnant du sens au projet).
  • Cadrer les projets en innovant (élargir le spectre des idées)
  • Prendre de la hauteur grâce aux améliorations itératives (faire évoluer la stratégie du produit)
  • Générer de la valeur et des livrables fiables

Garder toujours en tête que la perfection n’existe plus dans un contexte agile !

La règle d’or : se tromper très rapidement pour gérer avec finesse la trajectoire du projet.

 

 

“UX + DATA = LOVE”

par Emmanuelle Marévéry, Consultante + Formatrice UX strategist / User scientist UR / GUR (game UR) UX maniac / UX activist

Vidéo de la présentation ici : https://www.youtube.com/watch?v=VY94rpU1jtU&list=PLIgLhmTe1f7LH0Q3MXCLTUbIaGsZjvExs&index=2

On entend souvent : « Les utilisateurs disent n’importe quoi ! », « Les analystes sont biaisés »… Alors il est bon d’être au plus proche du réel des gens car comme dit Orson Scott Card, Ux Strategist Ender, « On ne peut pas détester quelque chose ou quelqu’un que l’on comprend ». L’UX impose d’être le plus à l’écoute des utilisateurs… Non ?

Nous créons plus de 2,5 trillions d’octets de données, data, tous les jours, et cela s’accélère comme sur les réseaux sociaux, les boutiques en ligne, les plateformes de contenus, les moyens de communication, etc. Cette course vertigineuse est une source d’indication intarissable sur les pratiques et les comportements des gens dans leur quotidien.

Cependant, restons vigilants sur ces récoltes d’informations qui peuvent être une source pour toutes sortes de spéculations, de flicages, de contrôles… mais aussi peuvent inspirer des bonnes pratiques, comme mesurer et prédire. Tout dépend du traitement fait sur ces données massives et de leur restitution.

Mais alors comment intégrer la gestion de la donnée dans la conception de service / produit ? 

Présentation d’Emmanuelle Marévéry pour Flupa UX DAYS 2019

Faire correspondre le cadrage du projet avec la quête de données. La récolte de data est polymorphe, les outils utilisés doivent répondre à une problématique. Car trop de data pas ciblée tue la data 😉

Il existe pléthore de façon de créer de la valeur de data, mais ne jamais confondre corrélation et causalité ! La première décrit une liaison entre deux données, l’autre explique le lien de cause à effet.

Le traitement de la donnée pour matcher le big data et l’expérience utilisateur peut s’appuyer sur le Machine Learning, le deep learning et l’IA. La co-conception implique la visibilité des livrables. L’équipe doit pouvoir partager et comprendre les résultats du traitement de données. La solution pour un livrable clair : la datavisualisation ! 

 

 

Le rôle du designer et l’équipe projet sont les garants de la conduite du traitement de la donnée, ils doivent pour cela s’assurer d’une démarche scientifique pour évacuer tous biais et garder le plus grand respect des utilisateurs. 

 

L’UX n’est pas vaine et les chiffres ne parlent jamais d’eux-mêmes.  Attention aux dérives de l’utilisation du temps de cerveau humain. UX + DATA = même combat !

Restons vigilants quant à la défense des êtres humains 😉

LOVE AND RESPECT

 

 

Lire ou relire l’épisode 4 : https://www.vnext-group.com/2019/07/30/ux-design-series-by-vnext-flupa-ux-days-19-ep4-design-de-service-et-dexperience-client/

Lire ou relire l’épisode 3 : https://www.vnext-group.com/2019/07/23/420/

Lire ou relire l’épisode 2 : https://www.vnext-group.com/2019/07/18/ux-design-series-by-vnext-flupa-ux-days-19-ep2-impact-de-lux-designer-dans-la-transformation-la-production-digitale/

Lire ou relire l’épisode 1https://www.vnext-group.com/2019/07/09/ux-design-series-by-vnext-ep1/